La classe de mathématiques : Un excellent prétexte pour améliorer le français en contexte!

Comme le profil de mon compte Twitter l’indique, je suis passionnée de la communication orale au cœur de l’apprentissage des mathématiques en immersion française! Pourquoi? Parce que communiquer efficacement est un processus nécessaire à l’apprentissage des mathématiques (Hull et al., 2011) et que communiquer avec aisance et précision en mathématiques ne s’apprend pas par accident dans sa langue maternelle et encore moins en L2. Je me pose continuellement la question suivante : Comment peut-on appuyer nos élèves en immersion pour qu’ils puissent non seulement parler en utilisant le vocabulaire thématique, mais aussi développer un certain niveau d’automatisme en interaction orale spontanée en mathématiques?

Céder la parole aux élèves

Tout d’abord, c’est en parlant qu’on apprend à parler et c’est aussi en parlant qu’on apprend les mathématiques; une classe de maths, ça devrait faire du bruit!  Afin de devenir compétents en numératie, les élèves ont besoin d’apprendre en contexte social (Barwell, 2005). En d’autres mots, il faut que les élèves parlent entre eux dans la classe de mathématiques et que l’enseignant agisse comme facilitateur d’apprentissage plutôt que transmetteur de connaissances.  Malheureusement, lorsque les élèves écoutent passivement l’enseignant pendant de longues périodes ou qu’ils travaillent silencieusement en classe de mathématiques, jour après jour, leur apprentissage du contenu et de la langue immersive se fait au ralenti. Il est donc essentiel d’offrir quotidiennement une abondance de situations d’échange verbal significatives en maths.

Viser la qualité de la langue

Bien que nous ne puissions pas exiger la perfection linguistique en tout temps dans la classe de mathématiques, nous ne devrions pas non plus complètement fermer les yeux sur les imperfections langagières sous le prétexte que le contenu académique est trop complexe. Selon Lyster (2016), Il est nécessaire d’améliorer les compétences linguistiques des élèves en immersion non seulement pour des raisons de plus grande précision, mais aussi pour améliorer leur capacité d’interagir avec le type de langage complexe qui est la clef de leur réussite scolaire. 

Minimiser l’utilisation de L1 en mathématiques

Bien que le recours à l’anglais pour enseigner et communiquer dans la classe de mathématiques en immersion peut être tentant et aiderait à accélérer la compréhension, est-ce que cela devrait être pratique courante ou un dernier recours? Personnellement, je me questionne à savoir si on devrait plutôt changer la façon dont on enseigne les mathématiques et donner les outils nécessaires aux élèves afin de minimiser l’utilisation de l’anglais en mathématiques et ainsi maximiser l'épanouissement du français. Parfois, je pense que ce sont les algorithmes et le symbolique qui compliquent la vie des élèves et non la langue. 

Faciliter l’apprentissage de la langue et du contenu

Finalement, je suis tout à fait d’accord avec Monica Tang (2008) : être enseignant de mathématiques en immersion française n’est pas aussi simple que d’enseigner les mathématiques en français. Pour que nos élèves en immersion communiquent pour apprendre et apprennent à communiquer en mathématiques,  je pense qu’il faut d’abord croire qu’ils sont capables de le faire, en français. Puisque je tiens à cœur l’apprentissage simultané de la langue et du contenu, j’ai dû moi-même réapprendre comment enseigner les mathématiques et ré-aiguiser mes approches pédagogiques en langue seconde et c’est de là que j’ai découvert que la classe de mathématiques est en fait, le laboratoire de langue idéal pour nos élèves en immersion et je vous invite donc à en prendre pleinement avantage!

Références

Barwell, R. (2005). Working on arithmetic word problems when English is an additional language. British Educational Research Journal, 31(3), 329-348.

Hull, T.H., Balka, D.S., & Miles, R.H. (2011). Visible thinking in the K-8 mathematics classroom. Thousand Oaks, CA: Corwin; NCTM.

Lyster, R. (2016). Vers une approche intégrée en immersion, en collaboration avec l’Association canadienne des professeurs d’immersion.  Montréal, Éditions CEC.

Tang, M. (2008). Student use of language in French immersion mathematics (Doctoral dissertation, SIMON FRASER UNIVERSITY).

0
Au-délà du Bingo… Comment augmenter la qualité et ...
Pourquoi parler français?
 

Commentaires 6

Bonjour madame Morneau,

J'ai eu beaucoup de plaisir à lire votre blogue sur La classe de mathématiques. Les points que vous souligner sont forts intéressants ce qui m'amène à penser que nos ressources pédagogiques, qui abordent dans le sens de vos propos, pourraient grandement servir à vous, vos collègues et vos élèves en immersion. Pour en savoir plus, je vous invite à communiquer avec moi en composant le 1 866 750-9466 ou par courriel cbeullac@ebbp.ca
Au plaisir!
Christiane Beullac

Bonjour madame Morneau, J'ai eu beaucoup de plaisir à lire votre blogue sur La classe de mathématiques. Les points que vous souligner sont forts intéressants ce qui m'amène à penser que nos ressources pédagogiques, qui abordent dans le sens de vos propos, pourraient grandement servir à vous, vos collègues et vos élèves en immersion. Pour en savoir plus, je vous invite à communiquer avec moi en composant le 1 866 750-9466 ou par courriel cbeullac@ebbp.ca Au plaisir! Christiane Beullac
Admin le mardi 8 mars 2016 14:25

Bonjour Marie-Josée Morneau,

Bien d'accord avec ce que vous avez souligné. Le bruit dans nos salles de classe est un signe que les mathématiques sont bien vivantes et que les élèves sont au rendez-vous. Il faut leur donner la parole, si nous voulons qu'ils acquièrent le vocabulaire nécessaire.

Au plaisir de vous relire,
Nicole Allain Fox

Bonjour Marie-Josée Morneau, Bien d'accord avec ce que vous avez souligné. Le bruit dans nos salles de classe est un signe que les mathématiques sont bien vivantes et que les élèves sont au rendez-vous. Il faut leur donner la parole, si nous voulons qu'ils acquièrent le vocabulaire nécessaire. Au plaisir de vous relire, Nicole Allain Fox
Guest - Marie-Josée Morneau le vendredi 1 avril 2016 15:09

En effet Madame Allain-Fox, les élèves qui font partie d’un environnement centré sur le vocabulaire académique ont plus de chance d’avoir du succès. En immersion, les élèves ont aussi besoin d’apprendre à mettre les mots ensemble de façon à communiquer leur raisonnement mathématique efficacement et c’est en parlant en phrases complètes que les élèves peuvent ainsi faire des liens cognitifs en mathématiques.

Merci de votre commentaire, très apprécié!

En effet Madame Allain-Fox, les élèves qui font partie d’un environnement centré sur le vocabulaire académique ont plus de chance d’avoir du succès. En immersion, les élèves ont aussi besoin d’apprendre à mettre les mots ensemble de façon à communiquer leur raisonnement mathématique efficacement et c’est en parlant en phrases complètes que les élèves peuvent ainsi faire des liens cognitifs en mathématiques. Merci de votre commentaire, très apprécié!
Admin le mardi 15 mars 2016 20:35

Bien d'accord avec vous.

Bien d'accord avec vous.
Guest - Kourtney Allen le mercredi 30 mars 2016 01:50

Bonsoir Mme. Morneau,
Je suis une étudiante à l'Université de l'Île du Prince Édouard, et j'espère que Mme. Thibaudier-Ness vous a prévenu que j'allais vous demander des questions à propos de votre blogue.
J'adore que vous avez fait une comparaison entre les cours en mathématiques et la compréhension de la langue française. Malheureusement, je ne suis pas très douée en maths et je n'aurai jamais fait ce lien sans avoir lu votre blogue. C'est une perspective très intéressante, merci pour me l'avoir donné!
J'ai suivi un programme d'immersion en langue seconde dès la première année et toutes mes classes étaient en Français. Mais, en septième année mes cours de maths et sciences ont devenu des cours en Anglais. Comme vous êtes de l'avis que les cours en mathématiques fournissent des compétences améliorées aux étudiants en immersion je voulais vous demander cette question en premier; que pensez-vous de cette structure? Est-ce que vous pensez que si les cours en maths (et sciences) continueraient en Français que les résultats pour les étudiants en immersion seraient mieux que présentement? Si oui, pouvez-vous élaborer un peu pour expliquer comment vous pensez que ça changera? Si non, pourquoi pas?
J'ai hâte de voir ce que vous en pensez. Si je n'étais pas tout à fait claire, n'hésitez pas de me demander une clarification! J'apprécie beaucoup vos réponses d'avance.
Merci, et bonne soirée.

Bonsoir Mme. Morneau, Je suis une étudiante à l'Université de l'Île du Prince Édouard, et j'espère que Mme. Thibaudier-Ness vous a prévenu que j'allais vous demander des questions à propos de votre blogue. J'adore que vous avez fait une comparaison entre les cours en mathématiques et la compréhension de la langue française. Malheureusement, je ne suis pas très douée en maths et je n'aurai jamais fait ce lien sans avoir lu votre blogue. C'est une perspective très intéressante, merci pour me l'avoir donné! J'ai suivi un programme d'immersion en langue seconde dès la première année et toutes mes classes étaient en Français. Mais, en septième année mes cours de maths et sciences ont devenu des cours en Anglais. Comme vous êtes de l'avis que les cours en mathématiques fournissent des compétences améliorées aux étudiants en immersion je voulais vous demander cette question en premier; que pensez-vous de cette structure? Est-ce que vous pensez que si les cours en maths (et sciences) continueraient en Français que les résultats pour les étudiants en immersion seraient mieux que présentement? Si oui, pouvez-vous élaborer un peu pour expliquer comment vous pensez que ça changera? Si non, pourquoi pas? J'ai hâte de voir ce que vous en pensez. Si je n'étais pas tout à fait claire, n'hésitez pas de me demander une clarification! J'apprécie beaucoup vos réponses d'avance. Merci, et bonne soirée.
Guest - marie-josee morneau le vendredi 1 avril 2016 14:59

Bonjour Kourtney.

Tout d’abord, je tiens à te féliciter pour avoir fait tes études en immersion française et aussi pour remettre en question la structure des programmes d’immersion française dans ta province. Les questions que tu te poses sont en fait d’excellents points de réflexion selon moi et je vais faire mon possible ici pour partager mon opinion à ce sujet.

Ici au Manitoba, les mathématiques sont enseignées en français jusqu’en huitième année en immersion française, mais je sais que ce n’est pas le cas à travers le pays. Comme les recherches l’indiquent, nos élèves en immersion ne souffrent pas d'apprendre les maths en L2 et ils ont un rendement équivalent ou même supérieur aux élèves qui apprennent les maths en L1. Je ne vais pas m’attarder sur tous les facteurs qui risquent d’influencer la prise de décision quant à la langue d’enseignement des mathématiques, mais j’imagine que les politiques, les ressources disponibles, les traditions et les croyances en sont responsables en partie.

Personnellement, j’ai du mal à comprendre pourquoi on choisirait d’enseigner les mathématiques (ou les sciences) en anglais? Si nous désirons que nos élèves en immersion soient capables de penser de façon critique en français, il ne faut pas changer la langue d’enseignement afin de simplifier les choses; il faut plutôt croire sincèrement que nos élèves sont capables et de les outiller en conséquence. Selon moi, on voit parfois les mathématiques comme un sujet tout à fait différent des langues alors qu'en fait, on ne peut pas séparer les mathématiques de la langue d’apprentissage. La numératie est une forme de littératie! Quand on parle de littératie équilibrée, j’imagine le mariage de la lecture, de l’écriture et de l’oral dans la classe de mathématiques; et non seulement celle de français. Aussi, les mathématiques font partie de la vie de tous les jours! Nous voulons des finissants qui sont capables de fonctionner en société en situations quotidiennes, en français. Plusieurs se serviront de leur français dans leur milieu de travail, qui fort probablement requerra l'utilisation des maths en situation de communication variées.

Alors, est-ce que les élèves en immersion auraient de meilleurs résultats s’ils poursuivaient leurs études en numératie en français? J’oserais croire que oui, mais seulement sous la condition que l’environnement d’apprentissage encourage le raisonnement mathématique par le biais de la communication concrète, orale et écrite, contrairement à l'enseignement traditionnel.

Enfin, je crois qu’il faut élargir nos horizons plutôt que de minimiser nos chances de réussite. D'après moi, numératie + littératie = combinaison gagnante en immersion, mais je sais que ce n'est pas tout le monde qui partage mon opinion et c'est ce qui enrichie nos perspectives pédagogiques en immersion. Je te remercie grandement de ton commentaire qui m’a forcé à réfléchir encore une fois :)

Bonjour Kourtney. Tout d’abord, je tiens à te féliciter pour avoir fait tes études en immersion française et aussi pour remettre en question la structure des programmes d’immersion française dans ta province. Les questions que tu te poses sont en fait d’excellents points de réflexion selon moi et je vais faire mon possible ici pour partager mon opinion à ce sujet. Ici au Manitoba, les mathématiques sont enseignées en français jusqu’en huitième année en immersion française, mais je sais que ce n’est pas le cas à travers le pays. Comme les recherches l’indiquent, nos élèves en immersion ne souffrent pas d'apprendre les maths en L2 et ils ont un rendement équivalent ou même supérieur aux élèves qui apprennent les maths en L1. Je ne vais pas m’attarder sur tous les facteurs qui risquent d’influencer la prise de décision quant à la langue d’enseignement des mathématiques, mais j’imagine que les politiques, les ressources disponibles, les traditions et les croyances en sont responsables en partie. Personnellement, j’ai du mal à comprendre pourquoi on choisirait d’enseigner les mathématiques (ou les sciences) en anglais? Si nous désirons que nos élèves en immersion soient capables de penser de façon critique en français, il ne faut pas changer la langue d’enseignement afin de simplifier les choses; il faut plutôt croire sincèrement que nos élèves sont capables et de les outiller en conséquence. Selon moi, on voit parfois les mathématiques comme un sujet tout à fait différent des langues alors qu'en fait, on ne peut pas séparer les mathématiques de la langue d’apprentissage. La numératie est une forme de littératie! Quand on parle de littératie équilibrée, j’imagine le mariage de la lecture, de l’écriture et de l’oral dans la classe de mathématiques; et non seulement celle de français. Aussi, les mathématiques font partie de la vie de tous les jours! Nous voulons des finissants qui sont capables de fonctionner en société en situations quotidiennes, en français. Plusieurs se serviront de leur français dans leur milieu de travail, qui fort probablement requerra l'utilisation des maths en situation de communication variées. Alors, est-ce que les élèves en immersion auraient de meilleurs résultats s’ils poursuivaient leurs études en numératie en français? J’oserais croire que oui, mais seulement sous la condition que l’environnement d’apprentissage encourage le raisonnement mathématique par le biais de la communication concrète, orale et écrite, contrairement à l'enseignement traditionnel. Enfin, je crois qu’il faut élargir nos horizons plutôt que de minimiser nos chances de réussite. D'après moi, numératie + littératie = combinaison gagnante en immersion, mais je sais que ce n'est pas tout le monde qui partage mon opinion et c'est ce qui enrichie nos perspectives pédagogiques en immersion. Je te remercie grandement de ton commentaire qui m’a forcé à réfléchir encore une fois :)
Already Registered? Login Here
Guest
jeudi 25 mai 2017