Au-délà du Bingo… Comment augmenter la qualité et la quantité du français oral dans votre classe?

“… el traje de baño, la chaqueta, la corbata de mariposa…” récite à une vitesse époustouflante votre prof d’Espagnol en rrrrrroulant ses rrrrrrrrr, tandis que vous cherchez désespérément l’image du costume de bain sur votre planche de Bingo. L’idée géniale de suivre un cours intensif avant votre voyage au Mexique s’avère maintenant une tragédie. Aujourd’hui, les vêtements. Hier, la nourriture : Ça va pour “tacos” mais qui aurait pu savoir que “la zanahoria” est une carotte et non une maladie? 

Pourquoi, en tant qu’adulte, est-il si difficile de distinguer et de mémoriser ces mots? Vous concoctez un nouveau plan : fini les cours d’Espagnol! Vous ajouterez simplement un o ou un a à la fin de chaque mot. Génial! Surtout à Huehuetoca lorsque que vous achèterez une pomma!

Classe de 3e année : Le printemps et Pâques arrivent dans 5 jours et les enfants DOIVENT absolument apprendre ces mots pour jouer au Bingo ET pour leurs mots de dictée : “l’arrosoir,  une jonquille, l’imperméable, le bourgeon, la taupe, le panier, les bottes de caoutchouc, l’agneau, la paille, l’éclosion d’un poussin…” Les enfants, assis à leur bureau, en silence, (pour assurer une bonne concentration) travaillent sur leurs feuilles palpitantes : Associe le mot à l’image appropriée. Écris le mot sous l’image appropriée. Colle l’image sous le mot approprié. Copie le mot “éclosion” 3 fois. 

Arrive vendredi : La note moyenne à la dictée est 3 sur 10. Le jeu de Bingo: Vous passez votre temps à expliquer : “Un agneau, c’est un bébé mouton… Un mouton? C’est un animal blanc qui donne de la laine. De la laine? C’est pour faire des chandails. Un chandail? C’est ce que tu portes sur ton corps… Ton corps? Arrrgh!” (en vous arrachant les cheveux… Des cheveux c’est…) Pourquoi les enfants ne savent-ils pas encore écrire et dire les fichus d’mots du printemps pis d’Pâques après avoir passé 3 ans et demi en immersion? 

Pour connaître la réponse, il faut revenir à la question existentielle “Qu’est-ce qui vient en premier? L’œuf ou la poule?” Sans blague. Le but d’apprendre une langue est de pouvoir communiquer : “C’est en parlant qu’on apprend à parler.” Voilà la poule. Et l’œuf. La lecture et l’écriture viendront après avoir développé le vocabulaire. 

La théorie sur l’acquisition d’une 2e langue maintient qu’un mot doit être revu de 5 à 16 fois avant d’être assimilé et qu’il doit être pratiqué à l’oral, en contexte et en situation naturelle. Le problème dans ces deux scénarios, c’est que l’enseignant est le seul à dire les mots. Les enfants écoutent, passifs. Ils coupent, ils collent, ils copient, ils trouvent.  Mais… Ils ne parlent pas!

Alors, que faites-vous dans votre classe pour augmenter la qualité et la quantité du français oral? Et, encore plus important, est-ce que vous voyez des résultats? Les enfants sont-ils motivés à apprendre une deuxième langue? Combien de fois par jour devez-vous leur rappeler de parler en français? Y-a-t-il un lien entre les mots de dictée et l’apprentissage du vocabulaire? À votre tour de parler!

0
Les programmes d’immersion : Potentiel, précision,...
La classe de mathématiques : Un excellent prétexte...
 

Commentaires 5

Admin le lundi 11 avril 2016 05:47

La poule ou l'oeuf ou l'oeuf et après la poule... grande question. Je pense que chaque apprenant est différent. Pour ma part, l'ambiance et l'état d'âme est sur ce que je me fie avant d'ouvrir une communication éducative.
Mettre en situation l'oral avant l'écriture est un aspect qui aide chez l'enfant dans l'acquisition d'une langue ainsi que le sens et l'association pour atteindre cette communication efficace. D'un cote, je peux voir que le cerveau a besoin de faire de l'exercice et de la répétition pour pouvoir s'épanouir et faire du sens en communication. C'est un processus qui diffère chez les individus.
Qui est le plus bilingue celui qui parle couramment ou celui qui écrit parfaitement... L'oeuf à la poule.. mmm je vois bien que la réponse est difficile.
Un apprenant heureux est un bon apprenant. La répétition est comme un entraînement pour le cerveau et c'est important. Les élèves doivent être mis dans des situations de répétitions. La technologie aidera à fournir cette répétition en ayant une banque de données déjà faites pour que l'élèves puissent avoir cette répétition en cliquant sur un bouton. Nous sommes guides et non présentateurs. Notre rôle en tant qu'enseignant a changé.
Au plaisir de se revoir,

La poule ou l'oeuf ou l'oeuf et après la poule... grande question. Je pense que chaque apprenant est différent. Pour ma part, l'ambiance et l'état d'âme est sur ce que je me fie avant d'ouvrir une communication éducative. Mettre en situation l'oral avant l'écriture est un aspect qui aide chez l'enfant dans l'acquisition d'une langue ainsi que le sens et l'association pour atteindre cette communication efficace. D'un cote, je peux voir que le cerveau a besoin de faire de l'exercice et de la répétition pour pouvoir s'épanouir et faire du sens en communication. C'est un processus qui diffère chez les individus. Qui est le plus bilingue celui qui parle couramment ou celui qui écrit parfaitement... L'oeuf à la poule.. mmm je vois bien que la réponse est difficile. Un apprenant heureux est un bon apprenant. La répétition est comme un entraînement pour le cerveau et c'est important. Les élèves doivent être mis dans des situations de répétitions. La technologie aidera à fournir cette répétition en ayant une banque de données déjà faites pour que l'élèves puissent avoir cette répétition en cliquant sur un bouton. Nous sommes guides et non présentateurs. Notre rôle en tant qu'enseignant a changé. Au plaisir de se revoir,
Guest - Nancy Des Ormeaux le jeudi 14 avril 2016 04:55

Merci, Marie-Hélène de ton commentaire! Tu es ma première! LOL  Tu as raison, en ce qui concerne l`état d`âme de l`apprenant. Une atmosphère qui inspire la confiance de prendre des risques à travers les jeux et activités à l`oral ira loin pour stimuler l`engagement verbal des enfants. Merci d`avoir pris le temps d`écrire ton commentaire pertinent! À bientôt!

Merci, Marie-Hélène de ton commentaire! Tu es ma première! LOL  Tu as raison, en ce qui concerne l`état d`âme de l`apprenant. Une atmosphère qui inspire la confiance de prendre des risques à travers les jeux et activités à l`oral ira loin pour stimuler l`engagement verbal des enfants. Merci d`avoir pris le temps d`écrire ton commentaire pertinent! À bientôt!
Admin le mercredi 13 avril 2016 21:18

Bonjour, je suis éducateur physique depuis 20 ans au Manitoba, dans une école primaire, Maternelle à huit , dans une ville où il n'y a presque pas de français parlé. Et oui je dois rappeler aux jeunes constamment de parler français dans mes classes de gymnase, mais peu de jeunes font d'effort pour le parler dans le gymnase ou entre eux. Ils vont me parler en français à moi et ça s'arrête là.

C'est vraiment frustrant par boutte! Quelle est la recette magique pour motiver nos jeunes à utiliser leur français oral dans leur classe de gym, durant la récréation ou dans les couloirs?

J'ai beaucoup apprécier votre blog sur le sujet du français oral dans nos écoles d'immersion. C'est tellement vrai losrsque vous décrivez la dictée en troisième année En effet, depuis 20 ans, je vois une régression dans le parler oral chez nos jeunes de 7 et 8. Comment rectifier la situation? Au plaisir, Martin.

Bonjour, je suis éducateur physique depuis 20 ans au Manitoba, dans une école primaire, Maternelle à huit , dans une ville où il n'y a presque pas de français parlé. Et oui je dois rappeler aux jeunes constamment de parler français dans mes classes de gymnase, mais peu de jeunes font d'effort pour le parler dans le gymnase ou entre eux. Ils vont me parler en français à moi et ça s'arrête là. C'est vraiment frustrant par boutte! Quelle est la recette magique pour motiver nos jeunes à utiliser leur français oral dans leur classe de gym, durant la récréation ou dans les couloirs? J'ai beaucoup apprécier votre blog sur le sujet du français oral dans nos écoles d'immersion. C'est tellement vrai losrsque vous décrivez la dictée en troisième année En effet, depuis 20 ans, je vois une régression dans le parler oral chez nos jeunes de 7 et 8. Comment rectifier la situation? Au plaisir, Martin.
Guest - nancy des ormeaux le dimanche 17 avril 2016 02:16

Bonjour, Martin;

Merci d’avoir pris le temps de lire mon blogue et de poser cette question intéressante car elle me rejoint parfaitement! J'ai fait mon Bach en Éducation Physique et lorsque j'ai eu un emploi permanent en Beauce, j'étais également la spécialiste d'anglais lange seconde. J'en ai donc profité pour intégrer les mots de base en anglais dans mon gymnase et ce, dès la maternelle, comme les couleurs, les nombres, etc. Plus tard, j'insérais des mots plus difficiles comme les parties du corps (ex. : Tu dois toucher your hands à tes feet…) puis des instructions progressant au niveau des difficultés (Use your left hand to hit the ball…) J'appelle cette méthode “les légumes cachés…” Tout comme quand on doit écraser le brocoli et les épinards dans les muffins au chocolat pour que les enfants puissent manger des légumes verts!

Dans votre cas, il serait étonnant de voir les résultats des suggestions suivantes au niveau de l'utilisation du vocabulaire en essayant les quelques idées suivantes :

a) Si possible, mentionnez aux profs de votre école que vous désirez les supporter dans leur classe en encourageant les élèves à parler en français dans votre gymnase. En voyant ceci comme une collaboration, bénéficiant les deux parties (car je devine qu`ils ont aussi la même situation dans leur classe) ils seraient probablement très heureux de réviser, par exemple, le vocabulaire de base pour les parties du corps, les verbes/actions, etc. à leurs niveaux. Vous pourriez collaborer ensemble sur des thèmes qui seraient utiles tant au gymnase que dans la classe. Peut-être même la série sur la santé, la nutrition, etc.

b) En ajoutant ceci (si les profs sont d'accords) les enfants voient que le gymnase est une extension de la classe en ce qui concerne l'utilisation du français à l'oral.

Si aucune collaboration est possible ou acceptée, voici d'autres idées:
Lorsque vous jouez à un jeu de base (ex. la tag docteur) les élèves doivent nommer la partie du corps qu'ils taggent (ex. : le dos, le cou, les genoux, si vous jouez à quatre pattes! etc.) sinon la personne touchée est libre de repartir en courant

Pour les jeux de balles de base (drills) les élèves doivent se donner des nouveaux noms et dire quelle action ils font (ex. Je passe à l`étoile de mer, je roule à la pieuvre, etc.) pour un jeu “sous-marin.” S’ils oublient de dire la phrase, ils doivent faire l`étoile (jumping jacks). Il existe des "dossards-bavettes" qui ont une pochette transparente pour y insérer des mots et images.

En faisant un rallye, les enfants pigent une carte avec des dessins, par exemple, d'un singe, en arrivant au cône 1 placé à l'autre bout du gymnase. Ils doivent revenir en courant et dire le type d'animal que la prochaine personne doit imiter dans cette course. En maternelle, le nom de l'animal suffit. En 3e, ils doivent expliquer le terme (tu dois ramper comme un serpent, tu dois bondir aussi haut qu'une grenouille, etc.). Le prochain enfant ne peut pas partir tant que l'instruction n'a pas été donnée correctement.

Un jeu de quilles, de poches de sables, de fers à chevaux, etc. pourraient avoir des maths et des expressions reliées à ce sport : un abat vaut 5 points et l'enfant doit dire son pointage : J'ai fait un abat! J'ai maintenant 5 points! (au risque de perdre des points)

Un jeu que j'avais inventé avec des boules en plastic d'IKEA fonctionnait à merveilles pour apprendre les nombres & faire des maths (nombres pairs & impairs, additions, etc. ) et la collaboration. Chaque équipe avait un cerceau de couleur unique qui était jumelé à la couleur des balles. Sur les balles, il y avait des nombres de 0-100. À go, chaque élève devait trouver des balles qui correspondaient à la tâche : ex : Trouvez tous les nombres impairs de la couleur de votre équipe. Les enfants devaient aller regarder chaque balle éparpillée partout dans le gymnase. Ils devaient venir me montrer la balle en disant le nombre. Si la réponse était bonne, ils pouvaient mettre la balle dans leur cerceau. Sinon, je la relançais le plus loin possible!!! (des balles qui ont un total de 20, un nombre avec 3 dans les unités, 100-34, la réponse de 5 + 7 + 12, etc.) Ceci est un jeu merveilleux à faire si les profs qui enseignent ces concepts sont tout à faits prêts à collaborer avec vous en enseignant ces concepts en même temps dans leur classe.

Un jeu de kickball/cricket que j'ai réinventé faisait en sorte que tous les joueurs au bâton étaient impliqués à compter à voix haute pendant que ceux aux champs devaient crier des instructions tandis qu'ils se passaient le ballon le long d'une ligne droite, d'avant à l'arrière.

Ex : botteur botte le ballon. L'équipe au champs doit courir après, s'aligner le plus vite possible derrière la personne qui a le ballon. Quand tout le monde est en place, le premier commence à crier : En haut (passe la balle en haut de la tête) en bas (entre les jambes) à gauche, à droite, en haut, en bas, etc. Lorsque la balle arrive à la dernière personne, elle doit courir jusqu'au lanceur et frapper la balle sur le mont.

Pendant ce temps, l'équipe au bâton doit compter par 5 à voix forte chaque fois que le coureur touche à l’un des cônes situés entre le marbre et le 1e but. Lorsque la balle frappe le mont, le comptage des points arrête. Si quelqu'un dans l'équipe ne participe pas verbalement, des points sont déduits.

Une idée pour motiver et recompense les élèves de l`école serait de leur promettre une période de lunch complète dédiée à un jeu de leur choix (en français 1 fois par mois) ou de sortir les cordes à tarzan ou des mini trampolines. Les 5 enfants qui font le plus d'efforts (par classe) se voient mériter ce prix. Vous pouvez aussi les “attraper” dans le couloir ou dehors en train de parler français entre eux.

Donc au lieu de toujours faire la “police” et de les narguer, cela viendra plus naturellement si on y apporte une touche positive. La meilleure suggestion, par contre serait que tous les profs soient dans le jeu! L'important est aussi que les profs montrent l'exemple en se parlant en français entre eux devant les enfants (couloirs, etc.)

Ma méthode d'enseignement préférée est par thèmes où je passe 1-2 semaines à pratiquer ce vocabulaire dès septembre et dans cet ordre : couleurs, nombres objets scolaires, vêtements, parties du corps, nourriture à travers des jeux variés. Si chaque prof de votre école se mettait d'accord pour enseigner ces thèmes de base dès le début de l'année ainsi que les expressions de base (correctement et 1 par semaine) vous seriez surpris de l'augmentation de la quantité et de la qualité du français dans votre école dès novembre!

Si vous commencez à implémenter ces jeux dès la maternelle, 1e & 2e dans votre gymnase, en commençant avec les mots de base, ces élèves n'auront jamais connu autrement et la communication française orale entre eux sera à la base de votre program. De plus, l'accumulation des thèmes et termes de vocabulaire qu`ils auront amassé rendus en 8e année sera incroyable!!!

Bonne chance!!!
PS : Si vous désirez en savoir plus sur la méthode FOJAA (français oral par les jeux, les activités et les arts) que j'ai inventée, je suis disponible pour donner des ateliers dans votre école ou commission scolaire!

Bonjour, Martin; Merci d’avoir pris le temps de lire mon blogue et de poser cette question intéressante car elle me rejoint parfaitement! J'ai fait mon Bach en Éducation Physique et lorsque j'ai eu un emploi permanent en Beauce, j'étais également la spécialiste d'anglais lange seconde. J'en ai donc profité pour intégrer les mots de base en anglais dans mon gymnase et ce, dès la maternelle, comme les couleurs, les nombres, etc. Plus tard, j'insérais des mots plus difficiles comme les parties du corps (ex. : Tu dois toucher your hands à tes feet…) puis des instructions progressant au niveau des difficultés (Use your left hand to hit the ball…) J'appelle cette méthode “les légumes cachés…” Tout comme quand on doit écraser le brocoli et les épinards dans les muffins au chocolat pour que les enfants puissent manger des légumes verts! Dans votre cas, il serait étonnant de voir les résultats des suggestions suivantes au niveau de l'utilisation du vocabulaire en essayant les quelques idées suivantes : a) Si possible, mentionnez aux profs de votre école que vous désirez les supporter dans leur classe en encourageant les élèves à parler en français dans votre gymnase. En voyant ceci comme une collaboration, bénéficiant les deux parties (car je devine qu`ils ont aussi la même situation dans leur classe) ils seraient probablement très heureux de réviser, par exemple, le vocabulaire de base pour les parties du corps, les verbes/actions, etc. à leurs niveaux. Vous pourriez collaborer ensemble sur des thèmes qui seraient utiles tant au gymnase que dans la classe. Peut-être même la série sur la santé, la nutrition, etc. b) En ajoutant ceci (si les profs sont d'accords) les enfants voient que le gymnase est une extension de la classe en ce qui concerne l'utilisation du français à l'oral. Si aucune collaboration est possible ou acceptée, voici d'autres idées: Lorsque vous jouez à un jeu de base (ex. la tag docteur) les élèves doivent nommer la partie du corps qu'ils taggent (ex. : le dos, le cou, les genoux, si vous jouez à quatre pattes! etc.) sinon la personne touchée est libre de repartir en courant Pour les jeux de balles de base (drills) les élèves doivent se donner des nouveaux noms et dire quelle action ils font (ex. Je passe à l`étoile de mer, je roule à la pieuvre, etc.) pour un jeu “sous-marin.” S’ils oublient de dire la phrase, ils doivent faire l`étoile (jumping jacks). Il existe des "dossards-bavettes" qui ont une pochette transparente pour y insérer des mots et images. En faisant un rallye, les enfants pigent une carte avec des dessins, par exemple, d'un singe, en arrivant au cône 1 placé à l'autre bout du gymnase. Ils doivent revenir en courant et dire le type d'animal que la prochaine personne doit imiter dans cette course. En maternelle, le nom de l'animal suffit. En 3e, ils doivent expliquer le terme (tu dois ramper comme un serpent, tu dois bondir aussi haut qu'une grenouille, etc.). Le prochain enfant ne peut pas partir tant que l'instruction n'a pas été donnée correctement. Un jeu de quilles, de poches de sables, de fers à chevaux, etc. pourraient avoir des maths et des expressions reliées à ce sport : un abat vaut 5 points et l'enfant doit dire son pointage : J'ai fait un abat! J'ai maintenant 5 points! (au risque de perdre des points) Un jeu que j'avais inventé avec des boules en plastic d'IKEA fonctionnait à merveilles pour apprendre les nombres & faire des maths (nombres pairs & impairs, additions, etc. ) et la collaboration. Chaque équipe avait un cerceau de couleur unique qui était jumelé à la couleur des balles. Sur les balles, il y avait des nombres de 0-100. À go, chaque élève devait trouver des balles qui correspondaient à la tâche : ex : Trouvez tous les nombres impairs de la couleur de votre équipe. Les enfants devaient aller regarder chaque balle éparpillée partout dans le gymnase. Ils devaient venir me montrer la balle en disant le nombre. Si la réponse était bonne, ils pouvaient mettre la balle dans leur cerceau. Sinon, je la relançais le plus loin possible!!! (des balles qui ont un total de 20, un nombre avec 3 dans les unités, 100-34, la réponse de 5 + 7 + 12, etc.) Ceci est un jeu merveilleux à faire si les profs qui enseignent ces concepts sont tout à faits prêts à collaborer avec vous en enseignant ces concepts en même temps dans leur classe. Un jeu de kickball/cricket que j'ai réinventé faisait en sorte que tous les joueurs au bâton étaient impliqués à compter à voix haute pendant que ceux aux champs devaient crier des instructions tandis qu'ils se passaient le ballon le long d'une ligne droite, d'avant à l'arrière. Ex : botteur botte le ballon. L'équipe au champs doit courir après, s'aligner le plus vite possible derrière la personne qui a le ballon. Quand tout le monde est en place, le premier commence à crier : En haut (passe la balle en haut de la tête) en bas (entre les jambes) à gauche, à droite, en haut, en bas, etc. Lorsque la balle arrive à la dernière personne, elle doit courir jusqu'au lanceur et frapper la balle sur le mont. Pendant ce temps, l'équipe au bâton doit compter par 5 à voix forte chaque fois que le coureur touche à l’un des cônes situés entre le marbre et le 1e but. Lorsque la balle frappe le mont, le comptage des points arrête. Si quelqu'un dans l'équipe ne participe pas verbalement, des points sont déduits. Une idée pour motiver et recompense les élèves de l`école serait de leur promettre une période de lunch complète dédiée à un jeu de leur choix (en français 1 fois par mois) ou de sortir les cordes à tarzan ou des mini trampolines. Les 5 enfants qui font le plus d'efforts (par classe) se voient mériter ce prix. Vous pouvez aussi les “attraper” dans le couloir ou dehors en train de parler français entre eux. Donc au lieu de toujours faire la “police” et de les narguer, cela viendra plus naturellement si on y apporte une touche positive. La meilleure suggestion, par contre serait que tous les profs soient dans le jeu! L'important est aussi que les profs montrent l'exemple en se parlant en français entre eux devant les enfants (couloirs, etc.) Ma méthode d'enseignement préférée est par thèmes où je passe 1-2 semaines à pratiquer ce vocabulaire dès septembre et dans cet ordre : couleurs, nombres objets scolaires, vêtements, parties du corps, nourriture à travers des jeux variés. Si chaque prof de votre école se mettait d'accord pour enseigner ces thèmes de base dès le début de l'année ainsi que les expressions de base (correctement et 1 par semaine) vous seriez surpris de l'augmentation de la quantité et de la qualité du français dans votre école dès novembre! Si vous commencez à implémenter ces jeux dès la maternelle, 1e & 2e dans votre gymnase, en commençant avec les mots de base, ces élèves n'auront jamais connu autrement et la communication française orale entre eux sera à la base de votre program. De plus, l'accumulation des thèmes et termes de vocabulaire qu`ils auront amassé rendus en 8e année sera incroyable!!! Bonne chance!!! PS : Si vous désirez en savoir plus sur la méthode FOJAA (français oral par les jeux, les activités et les arts) que j'ai inventée, je suis disponible pour donner des ateliers dans votre école ou commission scolaire!
Guest - Martin Vermette le vendredi 22 avril 2016 03:31

Bonjour Nancy, merci infiniment pour votre réponse! Merci pour toutes les bonnes suggestions de jeux et d'activités! Génial! Je prévois en utiliser quelques unes d'ici la fin de l'année.

En passant je suis en charge de l'organisation de notre conférence annuelle des éducatiers francophones du Manitoba( les ÉFM) qui a lieu à toutes les années en octobre à Winnipeg. Et oui j'aimerais vous inviter en tant qu'animatrice d'atelier si cela vous intéresse, mais j'aurais besoin d'une adresse couriel pour vous envoyer un formulaire d'inscription. Si cela vous dit voici mon adresse email: m586verm@gmail.com

En passant, la Beauce je connais, c'est très près d'où je viens, c'est à dire le compté de Bellechasse!

Au plaisir, Martin Vermette

Bonjour Nancy, merci infiniment pour votre réponse! Merci pour toutes les bonnes suggestions de jeux et d'activités! Génial! Je prévois en utiliser quelques unes d'ici la fin de l'année. En passant je suis en charge de l'organisation de notre conférence annuelle des éducatiers francophones du Manitoba( les ÉFM) qui a lieu à toutes les années en octobre à Winnipeg. Et oui j'aimerais vous inviter en tant qu'animatrice d'atelier si cela vous intéresse, mais j'aurais besoin d'une adresse couriel pour vous envoyer un formulaire d'inscription. Si cela vous dit voici mon adresse email: m586verm@gmail.com En passant, la Beauce je connais, c'est très près d'où je viens, c'est à dire le compté de Bellechasse! Au plaisir, Martin Vermette
Already Registered? Login Here
Guest
vendredi 18 août 2017